Lundi 25 novembre 2013 1 25 /11 /Nov /2013 16:28

Affiche Meta Cité Formes décembre 2013 - Copie - Compress

 

 

 

Photographies ont été prises en argentiques de mars 2011 à mars 2012 à la Défense de nuit et de jour dans un périmètre précis. Les négatifs ont été parfois retravaillés, scannés, saturés, contrastés pour recréer une autre réalité.  Ces huit photographies forment un récit expérimental de science- fiction où le début et la fin peuvent évoquer un scénario transhumaniste. L’identification spatiale amène à un cheminement par lequel le visiteur doit décrypter des architectures presque abstraites, des prises de vue superposées sur le même film à quelques secondes d’intervalles… La Défense est un quartier d’affaires, ce n’est pas un espace de socialisation, ce n’est pas un lieu de convivialité où les hommes fraternisent. Les clichés présentés ne proposent pas des rues mais des axes de circulation, ce ne sont pas des personnes mais des silhouettes anonymes. La  démarche photographique est ni objective ni réaliste, elle se nourrit  d’un monde imaginaire, moderne et froid. Cette  vision transformelle décontextualise le sujet urbain. La focale phantasmagorique aliène l’infra visibilité de cette mutation de la cité du futur. La méta fiction doit plonger le visiteur dans une réalité déformée, parallèle, indéfinie hors du temps…Les images  deviennent synthétiques, informelles,  elles ornent nos vies,  nos écrans digitaux, les images prolifèrent sur les réseaux sociaux, polluent parfois nos  espaces publics et privés, elles segmentent et décorent notre univers…Le hors-champs, entre chaque photographie nourrit  une autre dimension subjacente et technologique…Une sphère nouvelle…Un monde régit par des ordinateurs et une nanotechnologie toujours plus dominante…Peut être, une préfiguration du monde de demain…

 

 

Isthmaël Baudry ,  octobre 2013

Par isthmael.baudry.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 27 avril 2013 6 27 /04 /Avr /2013 10:54

Affiche exposition Isthmaël Baudry juin 2013

 

 

Toutes les photographies suivantes ont été prises  dans une zone géographique  définie, toutes les prises de vue sont en argentiques. La mégalopole de demain se construit, se forme, se reflète, s’impose dans notre nouvelle aire urbaine.

Perdu dans la dimension spatiale, les monuments se succèdent et se mêlent dans le paysage urbanistique…Cet itinéraire quadrillé amorce une construction narrative d’un récit sans fin où les structures élancées jaillissent un peu partout. L’architecture contemporaine évoque des lignes, des formes  qui amènent à une nouvelle réflexion de l’habitat du futur…Le monde est divisé en séquences,  l’espace est divisé en  articulations géométriques sculpturales. Ces sommets, ces lignes construisent une nouvelle dimension. L’épuration, le style de certains architectes embrasse un minimalisme assumé, l’architecte italien Massimo  Vignelli écrit :

« le minimalisme n’est pas un style, c’est une attitude, une façon d’être. C’est une réaction fondamentale contre le bruit visuel, le désordre, la vulgarité. Le minimalisme est la poursuite de l’essence des choses, non de leur apparence. »

 Ces bâtiments monolithiques  sont une sublime manifestation d’échelle  qui définissent un nouvel élément stylistique.  Cette abstraction héritée de l’architecte  Van Der  Rohe qui avait déjà imaginé un gratte-ciel en verre à Berlin en 1922. Ces manifestations architectoniques  créent un univers  autonome engendrant  des nouveaux objets abstractifs. Leurs évocations figuratives maximisent une nouvelle configuration urbaine.

 

Isthmaël Baudry

 

Rouen, Mai 2013

Par isthmael.baudry.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 5 octobre 2012 5 05 /10 /Oct /2012 11:59

Affiche-Jonctions-peripheriques----septembre-2012.jpg

 

 

   « Jonctions périphériques » est un itinéraire rouennais Ouest /Est, la métropole normande se pare de mystères… Une vision sublimée, tronquée, faussée, utopique de la ville aux cent clochers… Nous débutons  notre itinéraire à la périphérie dans un contrechamp sans limite où l’architecture industrielle est génératrice et matrice d’une forme indéfinissable, la frontière n’est plus qu’une limite idéologique… Exploration urbaine le long de la Seine, un silo à grains introduit l’exposition, symbolique de la production céréalière du port « Faux semblant », le circuit continue à travers des lieux inhabités éphémères « Synapse », des rues de l’hypercentre « Mise en abîme », « Subterfuges », des arrières cours « Paradigmes ». L’Abbatiale Saint Ouen mute  vers un « Sommeil paradoxal». La fin du trajet s’achève en périphérie de Rouen à l’école d’Architecture avec « Projections » qui n’est pas une superposition mais une réflexion multiple photographique à travers les vitres donnant plusieurs plans dans l’image . « Oxydations » clôt ce chapitre métaphorique… La dualité des photographies crée une destination paradoxale, un vertige allégorique, une immensité normative… Les  lieux photographiés ci-joints décrivent cette synthèse monumentale où il est parfois difficile d’identifier l’objet… Les  photographies forment un ensemble, une continuité horizontale,  une structure élancée, un infini qui embrasse le rêve. La notion de frontière tend à devenir abstraite, à s’estomper, à devenir un concept dépassé…Sans frontières, sans limites, la juxtaposition photographique, architecturale,  génère un continuum monochromatique, un spectre abyssal. Une jonction dystopique  bâtit sur l’existence d’une analyse irrationnelle.

 

Par isthmael.baudry.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 24 octobre 2011 1 24 /10 /Oct /2011 17:54

Affiche Suise Auvernier photo d'Isthmaël Baudry
Affiche Suise Auvernier photo d'Isthmaël Baudry
par isthmael.baudry.over-blog.com

 

 

Les photographies de l’exposition « Vegetal things » ont été prises en France, en Angleterre, en Roumanie et en Turquie de novembre 2006  à novembre 2007.

Aucune photographie n’a été retravaillée sur informatique.

Il est important à l’ère du numérique de créer une atmosphère virtuelle, un monde chimérique à travers l’argentique.

Le choix de travailler en argentique n’est pas une critique du numérique mais plutôt une forme d’expression naturelle, instinctive, animée, par l’énergie de synthétiser deux images entre elles pour transformer la réalité.

L’exposition « Vegetal things » n’a pas la prétention de réinventer la photographie mais d’inviter le public à regarder ces clichés comme un rêve végétal.

« Vegetal things » repose sur une trinité thématique :

Le végétal, l’onirisme et l’urbanité. Ces trois éléments conjugués forment un paysage surnaturel, un monde caché, subjacent…

Les photographies présentes à cette exposition sont inscrites dans un schéma figuratif où l’inaccessible devient réalité.

Exposer un univers organique permet de jouer sur la notion d’irréel, de mensonges révélés, de tronquer la réalité, de suivre les saisons et d’introduire par le biais de la photographie une conception florale urbaine où la superposition des images amène à une réflexion synthétique de notre monde digitalisé.

 

                       

             Décembre 2007

                                                                 Isthmaël Baudry

 

Par isthmael.baudry.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 4 novembre 2010 4 04 /11 /Nov /2010 14:30

VISION POST-FUTURE

11 -Affiche de l'exposition Vision Post-Future janvier 2 

 

Des photographies  de Normandie, d’ Ukraine, de Pologne et d’ Italie

de février 2008 à août 2009….

Quelle synergie émerge de cette mosaïque ?

Les ombres forment des champs latéraux où l’ailleurs fantasme les consciences…..

Exposition où le concret se mêle à l’étrangeté des visages, des formes, et autres êtres filiformes, inhumains ou grotesques….

Les clichés ne sont pas vraiment retouchés,  juste un peu saturés et contrastés…..

Chaque photographie argentique est superposée dans un laps de temps très court :

trois ou quatre minutes….

Démarche instinctive, primitive….

La superposition invite à l’inaccessible…..

Nos rêves n’existent pas toujours….Nos rêves sont parfois réels….

La fusion des éléments minéraux crée une autre dimension photographique…..

La superposition génère des strates de lecture différentes….

Les présences chimériques libèrent une quête de l’âme vers une  sensibilité immatérielle….

Les émotions, les couleurs…..

Le rêve habité de l’inconscient se transforme en une position asymétrique….

La perfection n’existe pas, le réel non plus….

La réalité est une création de l’esprit, il n’existe pas une réalité mais plusieurs…..

L’inconscient et le subconscient naviguent dans l’image…..

Rien ne peut exister sans le regard de l’autre…

La frontière délimite des espaces, des genres, des lieux….

Qui se cachent derrière ces photographies ?

Des mystères, des présences, des formes, des monstres, des énergies et des fantômes….

L’altération de notre vision change notre spatialisation focale…..

L’âge altère notre vision, notre perception de l’image change…..

L’exposition «  Vision post-future »  ne retrace pas  un univers anthropologique

mais plutôt une quête post-humaine….

 

 

 

 

 

 

 

Isthmaël Baudry

Par isthmael.baudry.photographe.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Texte Libre

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus